Se connecter

The Torrent Escape – Chapitre 5: Tags, Armes et Clubs

Alors que je rentrais à la maison, je suis tombé sur un vieux magasin dégradé. Il avait des couleurs vertes et cyan sur le logo et il s’appelait « Windtrees ». J’avais l’habitude d’y aller quand j’étais jeune. J’avais l’habitude d’aller voir les consoles de jeux vidéo comme la N64 ou la Playstation 1. Ils ont toujours eu de bonnes affaires dans ce magasin, comme par exemple un lit complet pour 60€ ou une N64 qui passait de 150€ à  70€. Je chercha alors à aller voir les anciens écrans rouillés et les anciennes consoles de jeux vidéo. Ils semblaient être partis, mais les publicités étaient toujours là, celle de Playstation et Alexa TV’S. J’ai alors décidé qu’il était temps, temps d’entrer dans le bâtiment.

J’entre dans le bâtiment m’attendant à ce que personne soit là mais il s’avère que les bandits ont gardé la place propre et que le magasin est devenu un de leurs marché. Au premier étage, il y a une pharmacie et une banque. Au deuxième étage, il y a un marché aux puces pour les rebelles qui qui ont des armes à feu, des médicaments et des ordinateurs portables pour le hacking. Le troisième et dernier étage est un « Club adulte ».

Je suis entré dans l’ascenseur et pressé le bouton du second étage pour aller m’acheter un pistolet, prévoyant de tirer sur le club adulte. Juste avant que la porte ne soit sur le point de se refermer, une fille du troisième étage est arrivée. À ce moment-là, je n’étais pas sous ma médication et de mauvaises pensées sont survenues. Un couteau de poche de quelqu’un était dans l’ascenseur, donc je l’ai ramassé et j’ai poignardé la fille 10 fois dans l’estomac.

Comme elle saignait, l’ascenseur c’est arrêté au premier étage. L’endroit avait l’air sale mais bien organisé et couvert de tags de gangs.

Je suis allé chercher de l’Aripiprazole pour mon syndrome d’Asperger. Au moment où j’était sur le point d’aller l’acheter, Marcus; Le propriétaire de la boutique a pointé un fusil sur moi. Le pistolet avait les rayures américaines dessus et sentait le vinaigre. J’ai reconnu le pistolet. C’était un 44 Magnum ! D’un seul geste, j’ai attrapé le pistolet, je lui ai tiré dessus et pris mes médicaments.

J’ai ensuite allumé mon iPod et suis rentré à la maison. Lorsque je rentrais à la maison, on a tenté de me prendre mes médicaments et mon équipement de piratage. Trois gars m’ont traqué depuis le marché jusqu’à la 32ème rue Scott, où se situait ma maison. L’un d’eux tenait un couteau. Ils étaient plutôt grands et ils portaient des cagoules pour couvrir leurs visages, des vêtements bruns, débraillés et des sacs à dos usés sur le dos.

Celui qui tenait un couteau a crié dans un accent américain très grossièrement : « Vous ne pouvez pas échapper aux Géants ! » et tenta de me poignarder. J’ai alors attrapé une brique et j’ai balancé le soudeur de couteau en plein dans son visage. Le sang a commencé à jaillir au moment où les morceaux de brique se sont insérés dans son visage mais ça ne m’effraie guère. Je prends le couteau et poignarde le deuxième type dans la cuisse pour l’empêcher de s’enfuir. Je lui donne un coup de pied pour s’assurer qu’il est inconscient. Je lance alors le couteau à la jambe du troisième type pour l’immobiliser.

Je suis allé voir le troisième gars et j’ai crié « Qui t’a envoyé ?! » il me répondit alors : « les Giants m’ont dit que tu avait acheté des médicaments qui valent pas moins de 1000€. Un de leurs drones t’a enregistré entrain d’acheter bouteille venant de la pharmacie. Ils nous ont alors appelés pour nous dire… »

novembre 26, 2017

Poster un commentaire

  Subscribe  
Me notifier de
FREEDOM SUBSTITUTE | 2015-2017
La taverne des Doges

    Pas connecté ? Pas de chat !

    0
    1
    X